I blog at ICCI

Dan Sperber, Anne Coubray et Yann Schmitt (2011) Entretien avec Dan Sperber: Naturalisme, sciences cognitives et religion. Revue en ligne ThéoRèmes mis en ligne le 06 février 2011. URL : http://theoremes.revues.org/153

Nicolas Baumard & Dan Sperber. 2010. Délit de Solidarité: qu’en disent les psychologues. Cerveau et Psycho. 37, Janvier 2010.

Point de vue sur l’article L622-1 du “Code de l’entrée et du séjour des étrangers” : « Toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour irrégulier d’un étranger en France sera punie d’un emprisonnement de cinq ans et d’une amende de 30 000 euros »

Dan Sperber. 2009. Allocution du Prix Claude Lévi-Strauss.

Voici l’allocution que j’ai prononcée à l’Académie des Sciences Morales et Politiques, le 29 juin 2009, en tant que lauréat du premier Prix Claude Lévi-Strauss (l’ensemble des discours peut être lu ici ou écouté ici)

Dan Sperber.2009. L’effet gourou. L’autre côté. 1, 17-23

(Traduction française par Nicolas Pain de “The Guru effect”, inédit de 2005.)
“Une énonciation obscure est considérée comme défectueuse. Tel n’est pas le cas pour les discours et les écrits des gourous intellectuels. Le problème n’est pas que des lecteurs manquant de compétence s’abstiennent, à raison, de porter un jugement sur ce qu’ils ne comprennent pas ; mais que trop souvent ces lecteurs jugent profond ce qui leur échappe. L’obscurité inspire le respect… Je voudrais expliquer ici cet « effet-gourou »…”

Dan Sperber.2007. Rudiments d’un programme naturaliste. In Michel Wieviorka (ed.) Les Sciences Sociales en Mutation. Editions Sciences Humaines. 257-264.

“Je voudrais esquisser ici une ontologie naturaliste du social. Le naturalisme tel que je le conçois vise à unifier les sciences empiriques. Unification ne signifie pas réduction. Il s’agit plutôt d’articuler les descriptions des différents programmes de recherche et de les rendre cohérents entre eux et mutuellement pertinents…”
(A revised and updated version in English is available here)

Dan Sperber. 2007. Le témoignage et l’argumentation dans une perspective évolutionniste. Raisons Pratiques, 2007, 17.

Version française de: An Evolutionary perspective on testimony and argumentation. Philosophical Topics. (2001). 29. 401-413

Dan Sperber et Gloria Origgi. 2005. Pourquoi parler, comment comprendre ? In Jean-Marie Hombert, Ed. L’origine de l’homme, du langage et des langues. Fayard, Paris, 2005. 236-253

“…Une nouvelle branche de la linguistique, la pragmatique, s’est développé au cours des dernières décennies. Elle étudie la compréhension des énoncés en contexte. Qui adopte une perspective pragmatique est amené à concevoir les énoncés non tant comme des moyens qu’utilise le locuteur pour transmettre au moyen de sons le sens qu’il veut communiquer, mais plutôt comme des indices riches et complexes que le locuteur fourni à l’auditeur afin de lui permettre de reconstruire le sens voulu… Nous nous interrogerons ici sur les conséquences de la perspective pragmatique pour l’étude de l’évolution du langage…”

Dan Sperber. 2003. Pourquoi repenser l’interdisciplinarité?. Séminaire virtuel Rethinking interdisciplinarity / Repenser l’interdisciplinarité à www.interdisciplines.org

Version française de “Why rethink interdisciplinarity?” Texte discuté dans le cadre du séminaire virtuel Rethinking interdisciplinarity / Repenser l’interdisciplinarité à  www.interdisciplines.org (où l’intégralité de la discussion est en ligne).

Dan Sperber. 2002. L’avenir de l’écriture. Colloque virtuel “text-e”

Texte écrit en anglais, français et italien pour le colloque virtuel text-e, organisé par l’Association Euro-Edu, la Bibliothèque Publique d’Information du Centre Pompidou  et la Société GiantChair, colloque consacré à explorer l’impact de l’Internet sur la lecture, l’écriture et la diffusion du savoir. Le colloque s’est déroulé du 15 octobre 2001 jusqu’à fin mars 2002; les débats peuvent être consultés sur le site du colloque ou dans Text-e: Le texte à l’heure de l’Internet, Gloria Origgi & Noga Arikha eds., 2003 Paris: Bibliothèque Publique d’Information.

Dan Sperber. 2001. L’individuel sous influence du collectif. La Recherche, 344, juillet-août 2001, pp. 32-35

“Notre activité mentale s’appuie sur des mémoires externes qui ont évolué avec le développement de l’écriture, de l’imprimerie, et maintenant des nouvelles technologies de l’information. Une évolution dont doivent tenir compte aussi bien les sciences sociales que les sciences cognitives…”

Dan Sperber. 2000. Quelques outils conceptuels pour une science naturelle de la societe et de la culture. Traduction en Français de “Conceptual tools for a natural science of society and culture – Radcliffe-Brown Lecture in Social Anthopology 1999”. par Louis Quéré. Raisons Pratiques, 2000

Résumé : Pour aborder la société et la culture d’une manière naturaliste, il faut reconceptualiser le domaine du social en n’y reconnaissant que des entités et des processus dont nous avons une compréhension naturaliste. Il s’agira de représentations mentales et de productions publiques, des processus qui les lient causalement, des chaînes causales qui associent ces liens, et des réseaux complexes de ces chaînes causales qui parcourent en tous sens les populations humaines dans le temps et l’espace. De telles chaînes causales peuvent distribuer et stabiliser des représentations et des productions à travers une population humaine et ainsi engendrer de la culture. Ce texte introduit plusieurs outils conceptuels pour développer cette approche naturaliste et l’illustre par une étude de cas portant sur une activité rituelle dans une maisonnée du sud de l’Éthiopie.

Dan Sperber. 2000. La communication et le sens. Dans Yves Michaud (ed.) Qu’est-ce que l’humain? Université de tous les savoirs, volume 2. Paris: Odile Jacob. 119-128

“…La facilité avec laquelle nous communiquons peut nous dissimuler le problème d’explication que pose cette facilité même…”

Dan Sperber. Pour un utopisme raisonné. Dans Roger-Pol Droit et Dan Sperber, Des Idées qui viennent, Odile Jacob 1999, chapitre 5, pp. 169-187.

Roger-Pol Droit et moi avons publié en 1999 une discussion philosophique et politique entre nous en six parties, chacune introduite par un cour essai de l’un ou de l’autre. Voici le troisième de mes trois essais.

Dan Sperber. Voir autrement la culture. Dans Roger-Pol Droit et Dan Sperber, Des Idées qui viennent, Odile Jacob 1999, chapitre 3, pp. 91-105

Roger-Pol Droit et moi avons publié en 1999 une discussion philosophique et politique entre nous en six parties, chacune introduite par un cour essai de l’un ou de l’autre. Voici le second de mes trois essais.

Dan Sperber. 1999. Naturaliser l’esprit. Dans Roger-Pol Droit et Dan Sperber, Des Idées qui viennent, Odile Jacob 1999, chapitre 1, pp. 11-24

Roger-Pol Droit et moi avons publié en 1999 une discussion philosophique et politique entre nous en six parties, chacune introduite par un cour essai de l’un ou de l’autre. Voici le premier de mes trois essais.

Dan Sperber. 1997. Individualisme méthodologique et cognitivisme. Dans: R. Boudon, F. Chazel & A. Bouvier (eds.) Cognition et sciences sociales. Paris: Presse Universitaires de France. (1997) 123-136.

“Je voudrai ici contraster deux interprétations, l’une faible, l’autre forte, de la notion d’individualisme méthodologique, et deux interprétations, l’une faible, l’autre forte, de la notion de cognitivisme. Des quatres façons dont il serait concevable de se vouloir individualiste et cognitiviste à la fois, l’une (où l’on adopte les deux positions dans leur interpétation faible) est de peu d’intérêt. Je soutiendrai qu’une autre façon (où l’on adopte les deux positions dans leur interprétation forte) est incohérente. Je comparerai les deux autres possibilités…”

Dan Sperber. 1993. Remarques anthropologiques sur le relativisme moral. Dans Jean-Pierre Changeux (ed.), Fondements naturels de l’éthique, Paris: Odile Jacob, 1993, pp. 319-334.

Résumé : On considère une série de distinctions : entre relativisme métaphysique et relativisme anthropologique, entre relativisme cognitif et relativisme moral, entre états mentaux et doctrines culturelles, entre justification et choix, entre morale et pratique, entre morale et convention, entre communauté morale et humanité, toutes pertinentes pour une évaluation du relativisme anthropologique en matière de morale. Faire ces distinctions permet montrer que le relativisme anthropologique classique souffrait de graves faiblesses conceptuelles et méthodologiques. Cependant, pour pouvoir évaluer la thèse relativiste elle même, il faudrait des recherches empiriques conceptuellement et méthodologiquement bien conçues qui sont bien trop rares en la matière.

(1988) Le Relativisme en Anthropologie: Débat entre Paul Jorion et Dan Sperber. Revue du MAUSS Nouvelle série, Numéro 1, 12-26.

Paul Jorion et moi étions plus jeunes, mais le débat était déjà vieux!

Dan Sperber. 1974. Contre certains a priori anthropologiques. In E. Morin and M. Piatelli-Palmarini (éds.), iL’unité de l’homme (Paris, Le Seuil, ) 491-512

“…La spécificité générique de l’homme serait d’être, de tous les animaux, le moins génériquement spécifié, et l’ethnographie en apporterait la preuve….”

Sperber D. 1967. Leach et les anthropologues. Cahiers Internationaux de Sociologie, (1967) XLIII, 123-142.

Mon premier article de recherche. [version PDF]